Contenus de formation et modalités pédagogiques

Le CCB propose des formations fondées sur la pédagogie coopérative et fortement inscrites dans le champ expérientiel des acteurs.

La double référence à la recherche et à l’action, qui structure nos modalités pédagogiques, se décline par le souci permanent d’associer soutien à la réflexivité et contribution aux dynamiques personnelle et/ou collective possiblement porteuses de transformation sociale.

Revendiquant de s’inscrire au croisement des champs (de l’économie sociale et solidaire, de l’éducation populaire, de l’intervention sociale), des pratiques et des savoirs, le CCB développe des propositions formatives inscrites dans une culture de l’hybridité qu’il nous paraît essentiel de réactualiser en permanence.

Le CCB propose des apports formalisés de différents types :

Parallèlement, il met l’accent sur l’importance du collectif d’acteurs en formation comme support formatif pour chacun

Sur le plan pédagogique, le CCB s’inspire des pédagogies actives et de l’éducation populaire. Il propose ainsi différents types d’ateliers coopératifs (ateliers de recherche-action, de création d’outils d’animation, de conduite de projets, etc.). Il propose également des mises en situation, sur la base de commandes réelles.

L’articulation étroite entre formation et action qui est au centre du projet associatif du CCB se décline en particulier sous deux formes : la production d’un mémoire de recherche-action et l’engagement d’expérimentations collectives.

Si l’on parle à la suite d’Henri Desroche de recherche-action à propos du mémoire produit par les stagiaires en formation dans les Collèges coopératifs, c’est dans la mesure où la recherche engagée part de l’univers de pratiques du stagiaire et où les connaissances produites viennent alimenter cet univers à l’issue de la démarche. L’on fait le pari qu’un détour par la recherche permet de réengager autrement la pratique, d’une façon plus pertinente parce que plus réfléchie. La recherche s’engage à partir de l’action, en prenant pour objet d’étude une pratique (professionnelle, militante, etc.) ou certaines caractéristiques d’un milieu de pratique, et se déploie en vue de l’action, en se donnant pour visée de produire des connaissances en prise avec des enjeux pratiques, guidée par des visées de réappropriation du sens et d’émancipation. L’accompagnement proposé par le CCB dans ce cadre engage qualitativement chacun des acteurs dans le parcours de formation : le stagiaire, le coopérateur de recherche, et le tuteur professionnel (stage) ou la personne-ressource (personnes en situation d’emploi).

Outre l’accompagnement individuel de chaque stagiaire, le CCB propose aux étudiants, dans le cadre de plusieurs des formations qu’il dispense, d’engager des expérimentations collectives : autour du projet social dans le cadre du DHEPS-REPS, autour de l’étude de terrain dans le cadre du DEIS, autour de l’animation de démarches collectives dans le cadre du DESJEPS, autour du diagnostic et de la conception de projet et autour de la conduite de projet dans le cadre du Master 2 DPDIMP. Le travail collectif devient un vrai laboratoire où des personnes venant d'horizons et de métiers différents mobilisent des savoirs hybrides et coopèrent ensemble.

Les références à l'innovation sociale, aux démarches participatives, à la créativité des groupes se multiplient et deviennent omniprésentes dans les discours et les orientations des politiques publiques, des projets de territoire et de structure. Pourtant, les expérimentations collectives peinent encore à être reconnues en tant que pratiques professionnelles efficaces et en tant qu'espaces de développement de compétences pour les acteurs. Les tâtonnements, l'incertitude, la réflexion inhérents à ce type de pratiques collectives semblent en effet s'opposer à des impératifs de productivité et de résultats quantifiables qui sont de plus en plus présents dans des univers professionnels qui se technicisent en réduisant les démarches à des méthodes reproductibles partout et à n'importe quel moment.

Le CCB se positionne du côté de l'expérimentation collective comme espace de construction de possibles, comme lieu d'invention et d'imagination d'actions en prise directe avec les acteurs, les situations et les territoires concernés et favorisant la réappropriation du sens et l’émancipation. Cette démarche puise sa valeur dans les deux termes qui la nomment :

D’une certaine façon l’expérimentation est la visée un peu naturelle d’un processus de formation qui se donne centralement pour objectif de réfléchir à la question du changement et qui ne souhaite pas dissocier réflexion et action mais bien les articuler.

Copyright 2015 - Collège Coopératif en Bretagne. | Réalisation Shock Productions | Mentions Légales